mère

 

 

 

CINQUANTE ANS APRES…

 

Enigme non levée, depuis ma prime enfance,

Comme fantôme rôde, autour de mon esprit,

Sans qu’il me laisse un jour, un instant de répit,

Point d’interrogation ajoute à la souffrance.

 

Cinquante ans sans savoir, avant la délivrance,

Même si j’ai souvent, des choses pressenties,

De ma défunte mère, dont le ventre arrondi,

Fut mystère, pour moi, sans qu’il y ait naissance.

 

Je ne l’ai pas connue, tout comme cet enfant,

Dont on ne m’a rien dit, lorsqu’ils ont disparu,

Lors de l’accouchement, mais mon cœur a reçu,

Inexplicables signes, confirmés maintenant.

 

Sur un tronc dénudé, branche, feuilles venues,

Incroyable rencontre et vives émotions,

Je le sais maintenant, oui c’était un garçon,

Comment peut-on, enfant, en être convaincue ?

 

Pour cette longue histoire, il fallait un poème,

Comment taire ma joie, car j’ai une famille !

Cousine de ma mère, son fils, sa belle fille,

Venus chez moi hier, en sont le plus beau thème.

 

-&-&-&-

                                                            Cathy, le 26 Août 2014 ©

Pour mieux comprendre ce poème, je vous invite à lire celui que j’avais écrit en Avril 2014 lorsque mon mari, passionné de généalogie, avait retrouvé la fille du frère de mon grand-père maternel biologique, décédé en 1982 alors qu’il était le seul parent biologique que j’aie connu (en dehors de mon père décédé en 1976).

Quelques explications complémentaires pour celles et ceux qui m’ont écrit n’avoir pas bien cerné mon message poétique : Lorsque ma maman est décédée des suites d’un accouchement en 1964 (bébé mort-né), j’avais 4 ans et on ne m’a jamais rien expliqué des circonstances de ce décès. Je n’ai jamais su non plus si cet enfant était une fille ou un garçon. J’ai eu réponses à toutes mes questions, ce lundi 25 Août 2014, en rencontrant une partie de ma famille que j’évoque ici (retrouvée par mon mari par le biais de la généalogie). Il s’avère que ma maman était souffrante lors de sa grossesse mais n’a pas voulu se soigner (en dépit de ce que son père lui disait). L’accouchement s’est mal passé. L’enfant qu’elle attendait est décédé. Ma maman est morte quelques jours plus tard à la maternité. Et l’enfant était un garçon (ce que j’avais toujours pressenti). Voici donc ce “secret de famille” enfin levé, ce qui m’a considérablement apaisée car j’y pensais chaque jour. De plus, cette rencontre s’est particulièrement bien passée, le contact fut excellent et nous le maintiendrons. Surtout ne cachez jamais rien à un jeune enfant, les interrogations peuvent parfois être lourdes de conséquences… Mais voilà une histoire qui se termine bien (et qui commence sur de meilleures bases), cinquante ans après !

http://baladenvers.apln-blog.fr/2014/04/16/partition-lespoir/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

PARTITION DE L’ESPOIR

 

Depuis longues années, il battait en silence,

Son souffle caressant, l’espoir d’un souvenir,

Fort et faible à la fois, mon cœur et ses soupirs,

Sur violon jouait, notes des résurgences.

 

Une chanson d’amour, placée sur partition,

Honorée de couplets, qu’une petite fille,

Inventait de ses mots, car le temps qui défile,

N’a jamais effacé, lancinantes questions.

 

Mais un nom quelquefois, enjolive la gamme,

Trace d’une famille, en modifie la trame,

Je savais seulement, ma mère musicienne,

 

Notes noires soudain, aux blanches cèdent place,

Elle m’a envoyé, d’une main magicienne,

Partition de l’espoir, comme une dédicace.

 

-&-&-&-

                                                            Cathy, le 16 Avril 2014 ©

Il est maintenant certain que mon mari a bien retrouvé trace de la famille de ma maman. Les contacts engagés avec mon cousin depuis dimanche, m’ont permis de savoir que sa maman a bien connu ma mère. Une rencontre est envisagée. Voilà cinquante ans que j’attendais cela “en secret”…

 

 

 

 

 

 

 

 

PRODIGIEUSE MEMOIRE

 

Pour moi cette saison, n’a de côté charmeur,

Que les arbres fleuris, verdure revenue,

Le printemps à mes yeux, de joies est dépourvu,

Mon corps me réclamait, certain calme intérieur.

 

Cet intense besoin, d’un doux ressourcement,

D’instants de solitude et de méditation,

Quelques activités, des moments “d’évasion”,

En mon être profond, j’entame allégrement,

 

Un tableau aux couleurs, que mon âme sensible,

Va tenter de changer, car ces maux inaudibles,

J’en connais la raison, mémoire de mon corps,

 

Rappelle chaque année, le décès de ma mère,

Si se sont écoulés, cinquante ans depuis lors,

Se blottit contre moi, déprime saisonnière.

 

Ici je me réchauffe, auprès d’un feu de bois,

Brûlant noires idées, qui s’imposent à moi,

Sereine et apaisée, je reviendrai bientôt,

Pour l’instant me voici, dans les bras de l’Hérault.

 

-&-&-&-

                                                           Cathy, le 31 Mars 2014 ©

Je suis actuellement à “La Pinède”, une maison d’hôtes proposant en ce moment des initiations à des thérapies douces que je ne connais pas encore (le qi gong).

Il me fallait me ressourcer, j’ai donc décidé de m’y rendre.

Merci pour tous vos commentaires qui me vont droit au cœur.

Amitiés à toutes et à tous.

(Je vais prévenir Nina qui ne sait pas que je suis là !)

 

Le présent poème ne revêt aucune forme particulière. Je l’ai commencé tel un sonnet, et d’autres mots me sont venus au fil de l’écriture…

Mais depuis quelques jours, ma plume avait perdu de sa vigueur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHARLIE CHAPLIN

De son vrai nom : Charles Spencer CHAPLIN

(1889-1977)

 

Il n’y eut pas toujours, que bombes et canons,

Durant sombres années, quelques-uns réussirent,

A rappeler qu’un cœur, a besoin de sourire,

Ainsi, Charlie CHAPLIN, fit connaître son nom.

 

Dans « Pour gagner sa vie »(*), titre prémonitoire,

Il se fit remarquer, avant longue carrière,

« Charlot » fut cet acteur, aux curieuses manières,

Qui marqua les esprits et pages de l’Histoire.

 

Il résista longtemps, aux images sonores,

Préférant s’en tenir, au cinéma muet,

« Les temps modernes » vont, ensuite l’orienter,

Vers d’autres productions, qui lui feront du tort.

 

Qui se cachait vraiment, derrière ce visage ?

Triste clown amusant, à l’enfance troublée,

Père toujours absent, une mère internée,

Il s’est ainsi construit, un double personnage.

 

-&-&-&-

                                                               Cathy, le 14 Mars 2014 ©

Article publié dans la communauté “Il y a cent ans” (1914-2014)

(*) “Pour gagner sa vie” fut le premier film dans lequel joua Charlie CHAPLIN en 1914

 

Illustrations extraites de “Wikipédia” : Photo du film “Les lumières de la ville” en 1931   

et portrait de Charlie CHAPLIN vers 1920

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SARAH BERNHARDT

 

Sa devise tenait, en deux mots simplement,

Sobriété troublante, aucune grande phrase,

Les seuls jamais clamés, ou dits avec emphase,

Marquant sa volonté, toute sa vie durant.

 

Rien de grandiloquent, seulement sa souffrance,

Dont elle a fait sa force, à travers ce « Quand même »,

Le chemin d’une enfant, née sans que mère l’aime,

Qui marquera l’histoire, avec ses turbulences.

 

Devenue « théâtrale », elle avait un point fort,

Malgré ses détracteurs, se remplissaient les salles,

Elle aimait cet instant, où, de son piédestal,

Tombant brutalement, elle feignait la mort.

 

Puis Belle-Ile accueillit, cette femme divine,

Considérée aussi, par certains, « scandaleuse »,

Là, s’échouaient les flots, vagues tumultueuses,

Le pendant de son âme, en ces eaux opalines.

 

-&-&-&-

 

                                                      Cathy, le 7 Août 2013 ©

(Ci-dessous, Sarah Bernhardt par William Downey  – source “Wikipédia”

et ci-dessus, Sarah Bernhardt dans “Ruy Blas” – source “Wikipédia”)

Poème inspiré par l’émission “Secrets d’histoire” du 6 Août 2013

 

Présentation

  •  : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • Description : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.

Profil

  • Name : Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • À Propos : L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

 

Respect du droit d’auteur

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

“L’art de vivre” – Elisabeth Rosales

 

A celles et ceux qui souhaitent changer leur regard sur la vie, vaincre leurs "démons" et obtenir la clé pour accéder à la sérénité, je donne rendez-vous sur le site d'Elisabeth ROSALES http://ladv.biz/le-temps

 

Ses articles et le "retour" que vous en obtiendrez ne pourront que vous enrichir en tous domaines.

 

J'ai lu l'un de ses e-books intitulé "Croyances et alimentation". Si vous croyez maîtriser ce sujet vous sortirez surpris de votre lecture !

 

N'hésitez-pas à vous plonger au cœur de ses publications en la contactant directement, via son formulaire.

 

N'attendez pas plus longtemps et cliquez ici : http://ladv.biz/le-temps

 

Bien amicalement,

 

Cathy.

 

Visitez mon île

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre

Communauté

communaute les passeurs de mots

Plaisirs partagés

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

 

Etre prévenu (E) nouvel article

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Archives

Mes albums

Votez pour mon blog