Voyages

 

SURPRENANT… INSOLITE…

 

Tant et tant à montrer, tant de choses à dire,

Il faut conclure un jour et images choisir,

Insolites photos, paradoxes encore,

Vous surprendre parfois, le voudra ce « décor ».

 

L’Inde est tout à la fois, plénitude, chaos (*),

Je vais le démontrer, avec quelques photos,

De l’humour quelquefois, mais moins douces surprises,

Tout voyage n’est pas, que vivre à notre guise…

-&-&-&

                                     Cathy, le 21 Mars 2015 ©

(*) dans le sens de « choc des cultures »,

CAR L’INDE C’EST AUSSI…

 

Se faire bénir par un éléphant…

Bon, ça suffit maintenant !

 Les voir durant la toilette matinale…

S’amuser avec les singes lorsqu’ils rappliquent en nous voyant passer en bus…

Cohabiter avec les geckos (lézards qui mangent les insectes… moustiques notamment !)

Accepter tous types de « salle de bains »…

L’eau froide malgré les robinets trompeurs…

La douche… froide aussi, bien sûr !

Ce que nous n’avions pas connu là (première maison d’hôtes dans laquelle nous avons logé)

Ce qui ne doit pas exister là… (une maison sur la falaise qui borde la mer d’Oman)

Ni là…

L’Inde c’est aussi avoir une feuille de bananier pour assiette (ça limite la vaisselle) !

Avancer masquées… (*)

Au cas où cet espadon ne serait pas totalement mort !!

Nous remettre de nos émotions en buvant un pina colada !

Et en mangeant un autre poisson cuit dans une feuille de bananier (décidément !)

Prendre un rickshaw (taxi Indien) pour rentrer…

Car le chemin de la falaise n’est pas éclairé et que sans lampe torche on est foutu !

Mais préférer le bus de Philippe (notre chauffeur et guide privé),

même si pour dire « oui » il fait « non » de la tête (comme tous les Indiens) et qu’il met des pompons à son bus pour que cela lui porte bonheur !!

Et ainsi coule le temps et passent les 19 jours de voyage…

 

(*) Nous étions masquées lors de notre visite d’une usine de conditionnement du thé après récolte

 

 

  

HONNEUR AU PRINTEMPS… DIRECTION ODAYAM BEACH (*)

 

La nature sourit, est à son firmament,

ODAYAM a déjà, à la fin février,

Parure revêtue, de ces journées d’été,

Mer d’Oman, elle aussi, dit « bonjour » au printemps.

 

Bougainvilliers en fleurs, espèces volatiles,

Hôtels et lieux de cure ont leurs portes ouvertes,

Falaise toute proche et plage non déserte,

Paradisiaque lieu, quelques jours plus tranquilles.

 

C’est là qu’une semaine, enfin nous nous «posons »,

Chacun aura sa chambre et tous les jours ses soins,

L’ayurveda commence, un docteur pas très loin,

« Quartier libre », du temps pour la décompression.

 

-&-&-&-

                                                                    Cathy, le 19 Mars 2015 ©

 

Le bougainvillier en fleurs

Autre espèce florale

Les volatiles en nombre impressionnant à cet endroit. Celui-ci semble content d’être photographié…

La plage et la falaise. Vue depuis la terrasse où nous prenions tous nos repas durant la cure

Autre vue depuis la terrasse

Le petit chemin menant à la falaise (où se trouvent les commerces et restaurants)

Les indications sur notre lieu de cure ayurvédique 

La chambre et la terrasse où je logeais

Le bureau du docteur (près de mon petit « bungalow »)

Voilà l’un des soins que j’ai eu chaque jour : le shirodhara

(« shiro » = tête – « dhara » = verser). Il s’agit d’huile tiède qui coule doucement sur le front. C’est très apaisant.

L’autre soin était le snehana (*)

 

L’un des nombreux couchers de soleil que j’ai photographiés…

(*) ODAYAM BEACH est située sur la côte Sud Ouest du Kerala. C’est là que nous avons suivi la cure durant une semaine, tout en profitant de tout l’environnement que vous voyez ici. Dans un prochain article, je vous présenterai une autre facette encore de cette région et de l’Inde en général.

(*) Le snehana : application lente d’huile médicinale sur tout le corps. L’huile détoxifie les tissus en profondeur en liquéfiant les toxines qui seront mieux éliminées. Ce temps de massage hydrate et nourrit le corps en rétablissant les différentes circulations d’énergie.

Ce soin est surtout conseillé en cas de stress, d’insomnie et de constipation.

Chaque séance durait 90 minutes.

 

 

 

 

LE DEVENIR DES FILLES EN INDE

 

Près de la pauvreté, paradoxes de l’Inde,

Filles à marier seront couvertes d’or,

Ainsi bijouteries, bien que portes se blindent,

Aux clients arrivés, feront parfois ponts d’or.

 

La coutume le veut, familles la respectent,

Condition aussi pour apporter la dot,

Mais beaucoup n’ont le choix et pour cela s’endettent,

Pour plus de vingt années, mais souvent ne s’en sortent.

 

C’est pourquoi l’on en vient, même avant la naissance,

A l’élimination du sexe féminin,

On constate que l’homme est en recrudescence,

Filles sacrifiées vivront-elles demain ?

 

-&-&-&-

                                                Cathy, le 18 Mars 2015 ©

Sur ces photos, voici une bijouterie située à VARKALA (ville côtière dans le Kerala – près de la mer d’Oman). Vous y voyez les familles en négociation afin d’acheter de l’or pour leurs filles. Car, comme le veut la coutume, cela constitue leur dot et les parents s’endettent parfois à vie pour un « capital » qui reviendra au futur conjoint.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les filles sont sacrifiées (à la naissance ou par avortement) tant elles coûtent cher.

Il serait, paraît-il, question d’une loi pour éviter que l’Inde continue de manquer de femmes, comme c’est le cas maintenant surtout dans les villages.

 

 

 

 

 

 

 

LE KATHAKALI

(Suite et fin des spectacles)

 

Avant ce grand spectacle, avons eu cette chance,

De voir se maquiller acteurs se produisant,

Artifices nombreux, gestes impressionnants,

Et tant d’heures passées avant que tout commence.

 

Le lever de rideau, sous les chants rituels,

Résonnait le chenda(*), tel une orchestration,

Les costumes de scène et la transformation,

De chaque personnage approchent l’irréel.

 

Un drame se jouait, une histoire d’amour,

La petite « coquette », essayant de séduire,

Celui qu’elle aime tant, qui ne veut s’alanguir,

Sur visages se lisent, expressions tour à tour.

 

-&-&-&-

                                                       Cathy, le 17 Mars 2015 ©

Le Kathakali est originaire du Kerala également, il signifie : « Histoire » (Katha) et « jeu, théâtre dansé » (Kali).

Il regroupe cinq disciplines : l’expression, la danse, l’interprétation, le chant et l’accompagnement musical.

Les maquillages sont réalisés avec des pâtes à base de riz. Il faut compter deux heures pour cette préparation en considérant aussi les costumes.

Les personnages étaient au nombre de trois (deux hommes et une femme).

(*) Le chenda est le nom du tambour que l’on voit sur l’une des photos.

C’est là le dernier spectacle auquel nous avons assisté durant notre séjour.

 

Bien avant le lever de rideau… Commence le maquillage. Ci-dessus l’un des deux acteurs masculins.

Le second acteur

L’actrice va commencer son maquillage

Maquillage terminé, reste à enfiler chaque pan constituant la jupe (vous en voyez la quantité sur le sol)

Costume enfin enfilé

Son partenaire passe par les mêmes « étapes »

La métamorphose commence…

Le voilà sur scène (le chenda est tenu par le second musicien en partant de la gauche de la photo)

Son rival est en scène également. La femme commence son jeu de séduction…

Après une heure trente environ de jeux de scène, arrive le moment où le coup fatal est porté par l’un des deux hommes

Méfait commis !  La pièce est terminée.

Reste à se démaquiller et à ôter les costumes !

En dehors des nombreuses photos que j’ai prises durant cette pièce de théâtre (mais très souvent répétitives du fait de la nature du spectacle), j’ai surtout tenu à partager avec vous la préparation que nécessite le kathakali. Ces acteurs répètent maquillage et habillage à chaque représentation et cela leur prend des heures ! Ce fut une grande chance pour nous de pouvoir assister à cela en direct et en privé avant et après ce spectacle (qui a eu lieu dans la même maison d’hôtes que le précédent).

 

 

 

 

SPECTACLE DE BHARATA NATYAM(*)

 

Costumées, maquillées, dès leur adolescence,

Elles sont initiées à la danse classique,

Enseignement très long, toute la symbolique,

Faciale et du regard, gestes en élégance.

 

Elles content l’histoire et se taisent pourtant,

Nous voici captivés, leurs yeux parlent d’eux-mêmes,

Sur scène, seule, à deux, chacune est dans le thème,

La plus jeune d’entre elles a douze ans seulement.

-&-&-&-

                                                                    Cathy, le 15 Mars 2015 ©

C’est dans une maison d’hôtes également (près des backwaters), que le propriétaire nous a permis d’assister à deux spectacles privés organisés chez lui, en extérieur.

Je vous donne ici un aperçu du Bharata natyam, qui signifie « musique, danse, théâtre ». Il s’agit de danse classique Indienne originaire du Sud de l’Inde. Cette pratique est enseignée aux jeunes filles et parfois aux garçons, mais plus rarement.

En photo d’illustration, vous voyez la salle à manger de la chambre d’hôtes décorée de panneaux représentant la danse.

Quant à la musique diffusée durant le spectacle, il s’agissait d’un magnétophone que l’on ne voit pas sur les photos.

Certaines photos paraissent floues, mais ce sont les moments où j’ai photographié les danseuses en mouvement.  

La première danseuse entre en scène

Elle commence sa « narration mimée »

 

L’expression du regard parle de lui-même…

La seconde danseuse vient à son tour

Très expressive également

La première danseuse revient, autrement costumée

Et voici la benjamine de la troupe

Très douée, elle aussi

L’une des deux premières danseuses revient pour la fin du spectacle, suivie de la seconde…

FIN DU SPECTACLE. ELLES SE LAISSENT PHOTOGRAPHIER ALORS QUE LA PLUS JEUNE A REJOINT SES PARENTS QUI ETAIENT PRESENTS.

LE SECOND SPECTACLE A EU LIEU LE LENDEMAIN. IL S’AGISSAIT DU KATHAKALI DONT JE VOUS PARLERAI DANS UN PROCHAIN ARTICLE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COURS DE CUISINE A THEKKADY(*)

 

Dans ce coin retiré, couple nous a reçus,

Logés pour une nuit, aucune déception,

Nous étions, au contraire, emplis d’admiration,

Lors d’un cours de cuisine assez inattendu.

 

Le mari nous montra toutes préparations,

Pendant que son épouse l’aidait de temps en temps,

En s’occupant aussi de ses jeunes enfants,

Puis nous sommes passés à la dégustation.

 

-&-&-&-

                                                            Cathy, le 14 Mars 2015 ©

THEKKADY est située à 114 kilomètres de MADURAÏ et à 145 kilomètres de COCHIN. C’est un lieu calme où nous avons séjourné en maison d’hôtes et où un cours de cuisine était prévu. Nous avons, bien sûr, dégusté les plats lors du dîner.

Vous remarquerez la propreté de la cuisine et l’originalité des poignées de portes aussi, qui ne sont autres que des couverts de table.

La coupe des légumes va commencer. Monsieur émince d’abord les oignons.

A noter également : l’équipement ménager sur la gauche et l’installation pour son rangement.

Pendant ce temps, l’une des petites filles prend une boisson dans un autre coin de la cuisine…

La noix de coco est ouverte et en partie râpée, grâce à un ustensile en bois qui se pose au sol pour s’asseoir.

Madame peaufine et extrait l’entièreté de la noix de coco (en tenant sa seconde fille près d’elle)

Le dressage des plats commence…

Voilà qui est appétissant !

La table est dressée

Le repas va commencer, accompagné de galettes que l’on trempe dans les sauces (généralement à base de lentilles, pois chiches, ou autres légumes)

Il peut y avoir aussi de la betterave cuite et toutes sortes de salades, comme vous le voyez sur ces photos.

 

 

 

 

LE KALARIPAYAT

 

Il s’agit d’un art martial typique au Kerala (Inde du Sud).

Ce nom signifie : « le lieu des exercices »

Kalari = lieu, arène, espace de dialogue,

Payat = combattre, s’exercer.

Ce sont essentiellement des jeunes qui nous ont fait cette démonstration, lors de cette soirée. Y compris une jeune femme.

Sur la photo d’illustration, vous voyez le premier « combattant » qui se signe face aux lumières symbolisant leur dieu.

J’étais, malheureusement, assez mal placée et n’ai pu éviter les personnes se trouvant face à moi (si je m’étais levée, j’aurais gêné celles qui étaient derrière)

Ce spectacle dure environ 1 h 30, je l’ai donc ici fortement résumé, tout en vous donnant un aperçu de l’ensemble des exercices présentés.

-&-&-&-

                                                     Cathy, le 13 Mars 2015 ©

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PRÊTS POUR LA TRANSITION ? DIRECTION MADURAÏ

 

Avons quitté montagnes, direction grande ville,

Pour temple découvrir, avons été plongés,

Dans le bruit, la cohue, l’Inde d’un autre style,

Il faut le voir bien sûr, mais sans s’y attarder !

 

Une partie du temple, aux souks est consacrée,

Aux couturiers aussi, dans les rues, repasseuses,

Des emplois de fortune, car il leur faut manger,

Avec quelques roupies(*), ces femmes sont heureuses.

 

Sculptures magnifiques, tous les dieux réunis,

Même vache sacrée devant eux se promène,

Impressionnante ville mais ce côté je fuis,

Seul hôtel du séjour, personnel peu amène.

 

-&-&-&-

                                                  Cathy, le 12 Mars 2015 ©

 

Divers aspects de la façade du temple (pas facile de prendre des photos dans la cohue !)

 

La vache, animal sacré en Inde. On ne la mange pas.

Le côté du temple où se trouvent les souks (sous des arcades)

C’est là que l’on trouve les couturiers qui peuvent vous confectionner des vêtements sur mesures pour presque rien

Une repasseuse dans la rue

Le point internet depuis lequel mon amie a tenté d’envoyer un mail ! Avant de, finalement, s’acheter un nouveau téléphone (rire)

Cette ville est surtout connue et visitée pour ses temples. Mais c’est franchement le pire aspect de l’Inde que j’ai pu voir avec VARKALA !

C’est le seul endroit où nous avons logé dans un hôtel (très beau, mais situé dans la ville même), et où le personnel de l’accueil s’est montré désagréable avec nous. Refusant même l’accès aux téléphones, dans les cabines, à ceux qui souhaitaient appeler leur famille.

C’est aussi là que se côtoient la misère et le commerce où, pour nous, touristes, nous obtenons tout pour presque rien.

(*) 100 roupies correspondent à environ 1,42 euro selon le change (entre 68 et 70 roupies pour 1 euro durant notre séjour)

Avec 100 roupies, vous pouvez manger un plat dans un restaurant, 20 roupies pour une bouteille d’eau dans les restaurants comme dans le commerce ! Avec 400 roupies vous pouvez acheter une robe ou autre vêtement (je me suis acheté un pantalon de style Indien pour 150 roupies sur un marché). Et en marchandant, c’est encore moins cher, car la culture veut que le marchandage soit de mise. Mais cela atteint parfois des niveaux où l’on devrait avoir honte d’acheter à ce prix là ! Mais il faut s’adapter à la culture et réussir à comprendre que, pour eux, 100 roupies c’est déjà formidable.

Voilà donc pour l’autre aspect de l’Inde, sur lequel je ne m’attarderai pas. Le prochain reportage sera consacré aux spectacles auxquels nous avons assisté.

 

 

MUNNAR ET SES PLANTATIONS DE THÉ

 

Voir le thé se mérite et « grimpette » réclame,

Plantations traverser, prendre de l’altitude,

Paysage admirer, malgré vicissitudes,

Sur chemins escarpés prévus dans ce programme.  

 

-&-&-&

                                                      Cathy, le 11 Mars 2015 ©

MUNNAR est une station de montagne du Sud-Ouest du Kerala. Située à 1600 mètres sur la chaîne des Ghats Occidentaux.

On y voit les plantations de thé, que l’on traverse avant d’atteindre les sommets. C’est là que nous avons parcouru 15 kilomètres avec un guide.

La photo d’illustration est l’endroit depuis lequel la marche a commencé. J’ai pris les suivantes durant « l’ascension ». Les arbustes que vous voyez « dessinés » au sol sont les plantations de thé.

 

 

 

 J’aurais bien fait une petite pause là, tiens !

Mais c’est là que nous prendrons le petit-déjeuner avant la descente… Dans la brume des hauteurs, on distingue une petite rivière sur la photo ci-dessous. MUNNAR est aussi appelée « Trois rivières », la ville étant située au confluent du Madupetti, du Nallathanni et du Periavaru.

JE PROFITE DE CET ARTICLE POUR DÉPOSER ICI UNE PENSÉE ÉMUE POUR CEUX QUI ONT PERDU LA VIE LORS DU VOYAGE EN HÉLICOPTÈRE EN ARGENTINE

 

ALLEPEY OU « LA PETITE VENISE INDIENNE »

 

Pléthore d’houseboats, pour petite Venise,

Tout le confort à bord, repas à votre guise,

Crevettes et poissons, les légumes et fruits,

Sur flottante maison, j’ai passé une nuit.

 

Un petit tour en barque afin de voir la vie,

Que mènent les Indiens qui ont fait là leur « nid »,

Les hommes à la pêche, femmes à la maison,

Dans l’eau on se toilette, on lessive au savon.

 

Ces conditions de vie sont pour nous impensables,

Mais normales pour eux et même indispensables,

J’y ai pris des leçons, d’humilité bien sûr,

Mais de respect aussi, face à cette culture.

 

-&-&-&-

                                                     Cathy, le 9 Mars 2015 ©

ALLEPEY est une ville côtière sur la mer des Laquedives – nous y étions au second jour du voyage

 

Le bateau sur lequel nous étions

La cabine de pilotage

La chambre et ci-dessous la salle à manger avant notre repas

 

Les crevettes que nous avons mangées à bord, choisies avec le cuisinier

Avant le petit tour en barque

Une femme s’apprête à laver son linge dans la rivière

(à noter que pour celles qui habitent les autres zones, j’ai vu des femmes oeuvrer sur les routes pour la réfection de voirie, sous l’œil « dirigeant » des hommes !)

Cocotiers à foison

Autres types d’habitat (ci-dessus décoré pour la période des festivals)

Présentation

  •  : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • Description : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.

Profil

  • Name : Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • À Propos : L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

 

Respect du droit d’auteur

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

« L’art de vivre » – Elisabeth Rosales

 

A celles et ceux qui souhaitent changer leur regard sur la vie, vaincre leurs "démons" et obtenir la clé pour accéder à la sérénité, je donne rendez-vous sur le site d'Elisabeth ROSALES http://ladv.biz/le-temps

 

Ses articles et le "retour" que vous en obtiendrez ne pourront que vous enrichir en tous domaines.

 

J'ai lu l'un de ses e-books intitulé "Croyances et alimentation". Si vous croyez maîtriser ce sujet vous sortirez surpris de votre lecture !

 

N'hésitez-pas à vous plonger au cœur de ses publications en la contactant directement, via son formulaire.

 

N'attendez pas plus longtemps et cliquez ici : http://ladv.biz/le-temps

 

Bien amicalement,

 

Cathy.

 

Visitez mon île

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre

Communauté

communaute les passeurs de mots

Plaisirs partagés

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

 

Etre prévenu (E) nouvel article

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Archives

Mes albums

Votez pour mon blog