Regrets

 

 

 Bonjour à toutes et tous,

Merci de me permettre de continuer à faire vivre le blog de Cathy.

Je n’ai pas sa plume mais je mettrai de temps en temps un poème emprunté à d’autres.

 

Texte dit par Grand corps malade.

 

Les absents

C’est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte,

qu’elle crée en nous une présence qui nous rend faible, nous supporte.

C’est ceux qu’on a aimé qui créaient un vide presque tangible

car l’amour qu’on leur donnait est orphelin, il cherche une cible.

 

Pour certains on le savait, on s’était préparé au pire,

mais d’autres ont disparu d’un seul coup, sans prévenir.

On leur a pas dit au revoir, ils sont partis sans notre accord,

car la mort a ses raisons que notre raison ignore.

Alors on s’est regroupé d’un réconfort utopiste.

A plusieurs on est plus fort mais on est pas moins triste.

C’est seul qu’on fait son deuil, car on est seul quand on ressent.

On apprivoise la douleur et la présence de nos absents.

 

Nos absents sont toujours là, à l’esprit et dans nos souvenirs.

Sur ce film de vacances, sur ces photos pleines de sourires.

Nos absents nous entourent et resteront à nos côtés,

ils reprennent vie dans nos rêves, comme si de rien n’était.

 

On se rassure face à la souffrance qui nous serre le cou,

en se disant que là où ils sont, ils ont sûrement moins mal que nous.

Alors on marche, on rit, on chante, mais leur ombre demeure,

dans un coin de nos cerveaux, dans un coin de notre bonheur.

Nous on a des projets, on dessine nos lendemains.

On décide du chemin, on regarde l’avenir entre nos mains.

 

Et au coeur de l’action, dans nos victoires ou nos enfers,

on imagine de temps en temps que nos absents nous voient faire.

Chaque vie est un miracle, mais le final est énervant.

J’me suis bien renseigné, on en sortira pas vivant.

 

Faut apprendre à l’accepter pour essayer de vieillir heureux,

mais chaque année nos absents sont un peu plus nombreux.

Chaque nouvelle disparition transforme nos coeurs en dentelle,

mais le temps passe et les douleurs vives deviennent pastelles.

 

Ce temps qui pour une fois est un véritable allié.

Chaque heure passée est une pommade, il en faudra des milliers.

Moi les morts, les disparus, je n’en parle pas beaucoup.

Alors j’écris sur eux, je titille les sujets tabous.

 

Ce grand mystère qui nous attend, notre ultime point commun à tous.

Qui fait qu’on court après la vie, sachant que la mort est à nos trousse.

C’est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte,

qu’elle crée en nous une présence qui nous rend faible, nous supporte.

 

C’est ceux qu’on a aimé qui créait un vide presque infini.

Qu’inspirent des textes premier degré. Faut dire que la mort manque d’ironie.

 

DEVENIR D’UN GRIMOIRE

 

Comme pour effacer les traces d’une histoire,

Le vent souffle avec force et cet humble grimoire,

Voit pages se tourner, revenir en arrière,

Sur un pan d’une vie, la table des matières.

 

Eole est si puissant, se targuant d’une adresse,

Subodorant la moindre petite faiblesse,

Qu’il laisse sur le cœur profondes cicatrices,

Invisibles souvent, pourtant dévastatrices.

 

Lorsqu’il aura cessé de lire en diagonale,

En sensibilisant les glandes lacrymales,

Des feuilles malmenées, qu’adviendra t’il alors,

Hormis l’encre souillée, criblée de métaphores ?

 

-&-&-&-

                                                Cathy, le 31 Mars 2015 ©

 

 

 

 

 

[youtube]http://youtu.be/IOlHPIC4opA[/youtube]

 

HOMMAGE A DEMIS ROUSSOS

 

A l’heure où un pays vit des heures de liesse,

Un chanteur oublié l’a quitté sans un bruit,

Ses plus belles chansons, large discographie,

DEMIS ROUSSOS, parti, a laissées à la Grèce.

 

 Carrière commencée avec des mots d’amour,

Epoque aux cheveux longs, un regard expressif,

Personnage touchant et jamais agressif,

Belles déclarations rimant avec « toujours ».

 

Annonce sur ma page, ainsi les années passent,

L’intitulé lisant, comment rester de glace,

Des refrains m’ont marquée, c’était l’adolescence,

 

Je les ai fredonnés, comme l’ont fait beaucoup,

Me laissant transporter, quelquefois, par les danses,

Sonnet est mon hommage à cet homme si doux.

 

-&-&-&-

                                                           Cathy, le 26 Janvier 2015 ©

C’est sur ma page d’informations du web, que j’ai appris à l’instant le décès de DEMIS ROUSSOS, survenu le 25 Janvier 2015… Beaucoup de ses chansons ont marqué nos mémoires.

 

 

 

 

 

 

 

LES PORTES DE « LA PINÈDE »

 

Sans pourtant posséder le site et la demeure,

Elle en avait fait siens pour le plus grand bonheur,

Des inconditionnels, percevant en ces murs,

L’âme et l’aura des lieux, la source qui murmure.

 

Bouddha s’y imposait, auprès de lui des heures,

J’ai passées à écrire et à ouvrir mon cœur,

Je m’étais attaché, comme elle à cet endroit,

Où naquit l’amitié, si forte entre elle et moi.

 

Pourquoi ne pas laisser vivre cette « Pinède » ?

Un bail non reconduit, contre cela je plaide,

AGDE va refermer la porte d’une Histoire,

Mais je la garderai ouverte en ma mémoire.

-&-&-&-

                                                         Cathy, le 21 Janvier 2015 ©

Ceux qui me lisent depuis longtemps, connaissent bien ce lieu qui m’avait séduite dès les premières vacances que j’y avais passées.

Entre celle qui faisait vivre ces chambres d’hôtes (en photo ci-dessous) et moi, une amitié particulièrement forte s’est tissée et nous sommes toujours en contact. Elle m’a appris, hier, que la propriétaire ne reconduit pas le bail de location, désireuse de vendre son bien.

J’en suis profondément attristée. Cette demeure dite « de charme » cachait une histoire si riche depuis son origine remontant aux siècles passés.

Pour ceux que cela intéresse, je les renvoie à mon poème « DEMEURE DE CHARME LA PINÈDE » : 

http://baladenvers.apln-blog.fr/2013/09/13/demeure-de-charme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

oeilLoona

 

PENSEES EMUES

 

J’écris à mots couverts,

Ce qui étreint mon cœur,

Poète est peu disert,

Rimes sont sans valeur,

Lorsqu’il veut évoquer,

Une âme disparue,

Poésie disloquée,

Mais des pensées émues.

 

«Le sourire de Line »,

Trop vite refermé,

S’il avait fui mes lignes,

Je ne puis oublier,

Qu’il y a trois enfants,

Un mari, sa famille,

Le destin, trop souvent,

Fait que nos cœurs vacillent.

 

Au « Sourire de Line »,

Ici, je rends hommage,

En lignes sybillines,

Déposées sur ma page.

 

-&-&-&-

 

                                              Cathy, le 28 Janvier 2013 ©

Par le biais d’autres liens,  j’ai appris aujourd’hui la disparition de « Line ».

J’en suis sincèrement attristée et présente mes condoléances à sa famille ainsi qu’à tous ses proches.

tableaufemmehamac

 

QUELQUES JOURS DE SILENCE

 

J’aurais aimé partir, à la belle saison,

Profiter du grand air, me prélasser aussi,

Mais je dois ramener, mon cœur à la raison,

Et chasser quelques temps, rimes de mon esprit.

 

Réussirai-je donc, à convaincre mon âme,

Qu’à la réalité, il lui faut se soumettre,

Ne plus tisser ici, chaque jour cette trame,

Sur laquelle repose, la partie de mon être,

 

Cette plume qui vibre, chaque jour en ma main,

Me faisant oublier, mes tracas, mes soucis,

Mais je ne puis remettre, toujours au lendemain,

Mes obligations, me voici repartie.

 

    Je ne pourrai écrire, très souvent en ce lieu,

    Mais passerai vous lire, ce n’est pas un adieu.

 

-&-&-&-

 

                                                            Cathy, le 16 Juillet 2012 ©

    Petit moment de « transition » qui me laissera moins de temps disponible pour les blogs.

Je passerai vous lire dès que je le peux et publierai également, mais moins quotidiennement.

Je répondrai, bien sûr, à vos commentaires (ce qui ne m’a pas été possible lundi).

Merci beaucoup pour votre fidélité et pour votre amitié.

Amitiés à toutes et à tous,

Cathy.

femmeharpeMarie

 

SYMPHONIE DE L’ESPOIR

 

Des instruments à cordes, aux douces mélodies,

Ont ravivé mon cœur, animé mon esprit,

Ils ont tissé des liens, par-delà tant de mots,

Articles et poèmes, coulant comme les flots.

 

Rivières de diamants, parures éclatantes,

Des illustrations, souvent étincelantes,

Rehaussent la magie, de ces cadeaux offerts,

Enveloppés d’amour, ils sont livres ouverts.

 

Pourquoi donc ce miracle, s’arrête peu à peu,

Pages se sont fermées, et inondent mes yeux,

Et quand d’autres aussi, leurs pensées édulcorent,

La frénésie s’éteint, rythmes sont insonores.

 

    Sur instrument modeste, j’implore les retours,

Les cordes de mon cœur, appellent tour à tour,

Ces généreuses voix, pour une symphonie,

Symphonie de l’espoir, de l’amitié aussi.

 

-&-&-&-

    

                                                                  Cathy, le 21 Juin 2012 ©

Comme beaucoup, j’ai constaté la fermeture de plusieurs blogs et celles qui ont été annoncées récemment. Je respecte, bien sûr, le choix de chacun, parfois imposé par les circonstances de la vie.  Je tenais, cependant, à exprimer mon émotion et aussi mon espoir d’un retour prochain.

Toutes mes amitiés, et bon week-end à vous toutes et tous,

Cathy.

plumeencrier

 

QUAND LE REPOS S’IMPOSE

 

Le poète, parfois, abandonne sa plume,

Son cœur, alors, est lourd, ses yeux emplis de brume,

Car si sa muse reste, auprès de lui pourtant,

C’est la vie qui lui dicte, de s’octroyer du temps.  

 

Des explications, vous parviendront demain,

    Il ne me reste plus, qu’un seul petit matin,

    Avant des examens, assez lourds qui m’attendent,

J’angoisse quelque peu, et mes nerfs en dépendent.

 

Vous restez, sachez-le, en mon cœur et d’ailleurs,

        Je vous emmènerai dans mon ordinateur.

 

-&-&-&-

 

                                                                          Cathy, le 24 Avril 2012 ©

Un article plus explicite sera publié jeudi matin. Je suis encore présente aujourd’hui, je passerai donc vous lire. Mais j’ai l’esprit préoccupé et ma poésie s’en ressent…

pétalesmainmarie

 

UN SORT DANS UNE MAIN

 

Lorsque quelqu’un détient, notre sort en ses mains,

On ne sait plus alors, ce que sera demain,

Le chemin parcouru, durant la vie entière,

A vouloir avancer, franchir toutes barrières,

 

Les forces déployées, la volonté toujours,

D’avoir cet objectif, de s’en sortir un jour,

Sans attendre jamais, les aides trop faciles,

Se révèlent parfois, à nos yeux inutiles.

 

Lorsque l’on met en œuvre, ce que d’autres détruisent,

Il arrive qu’un jour,  les espoirs s’amenuisent,

En un seul coup de dé, ils changent un destin,

Pour un simple caprice, souvent sans lendemain.

 

« Cent fois sur le métier, tu remets ton ouvrage »,

L’on ne peut plus entendre, c’est un trop grand outrage,

Et même si, bien sûr, on se relèvera,

Pourra-t-on enfin croire, à l’ultime combat ?

 

-&-&-&-

 

                                                                                Cathy, le 21 Mars 2012 ©

 

Je vous invite également à passer chez Sagine, afin d’y écouter mon poème intitulé « Prestance d’une rose », qui vient d’être mis en ligne sur son site link 

N’hésitez surtout pas à en profiter pour découvrir ses autres lectures.

coeursgaletsmarie

 

CES DEUX MOTS INAUDIBLES

 

Evitant la douleur, et ne pensant qu’à moi,

J’ai occulté ce jour, pour la première fois,

A l’esprit m’est venue, l’heure de délivrance,

L’instant où une mère, oublie toutes souffrances.

 

Parler d’indifférence, n’est bien sûr pas possible,

Car mes yeux m’ont trahie, de façon ostensible,

Mais pourquoi t’imposer, ces deux mots sans valeur,

Qui, manifestement, ne touchent plus ton cœur.

 

Ton absolu silence, je rejoins aujourd’hui,

Toi qui, depuis des mois, de ma vie s’est enfui,

Je n’ai pas oublié, le jour de ta naissance,

J’ai seulement voulu, m’éviter tes offenses.

 

-&-&-&-

 

 

                                                                             Cathy, le 26 Février 2012 ©

Présentation

  •  : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • Description : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.

Profil

  • Name : Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • À Propos : L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

 

Respect du droit d’auteur

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

« L’art de vivre » – Elisabeth Rosales

 

A celles et ceux qui souhaitent changer leur regard sur la vie, vaincre leurs "démons" et obtenir la clé pour accéder à la sérénité, je donne rendez-vous sur le site d'Elisabeth ROSALES http://ladv.biz/le-temps

 

Ses articles et le "retour" que vous en obtiendrez ne pourront que vous enrichir en tous domaines.

 

J'ai lu l'un de ses e-books intitulé "Croyances et alimentation". Si vous croyez maîtriser ce sujet vous sortirez surpris de votre lecture !

 

N'hésitez-pas à vous plonger au cœur de ses publications en la contactant directement, via son formulaire.

 

N'attendez pas plus longtemps et cliquez ici : http://ladv.biz/le-temps

 

Bien amicalement,

 

Cathy.

 

Visitez mon île

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre

Communauté

communaute les passeurs de mots

Plaisirs partagés

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

 

Etre prévenu (E) nouvel article

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Archives

Mes albums

Votez pour mon blog