La nature

 

 

 NAISSANCE DE L’HIVER

 

 C’est un plafond si gris, qui s’abat sur les terres,

A une heure pourtant, où le matin revient,

Dilemme des couleurs, un nuage s’y perd,

Cherchant le bleu du ciel, que ce plafond retient.

 

Etrange crépuscule, basses températures,

C’est en levant les yeux, cherchant faible lueur,

Que tout à coup j’ai cru, comprendre ce qu’augure,

Le troublant phénomène, survenant à cette heure.

 

Une pluie a perlé, plus légère qu’une autre,

En filets presque blancs, qui laissent leur empreinte,

Sur les branches des arbres, et sur l’herbe se vautrent,

Petits flocons neigeux, dont la pelouse est ceinte.

 

Ce blanc immaculé, tout doucement renvoie,

Lumière du matin, écartant la grisaille,

Et face à ce manteau, suscitant mon émoi,

Je me dis que l’hiver, commence son travail.

     -&-&-&-

 

 

A DÉFAUT D’ÊTRE PEINTRE

 

Soucieuse d’avoir, sur tableau d’un artiste,

Sans échapper à l’œil, la place la plus belle,

La verdure s’impose et en ce lieu persiste,

Se démarque du bleu, tableau intemporel.

 

Mes yeux ont confondu la mer et l’horizon,

Un nuage, pourtant, entre eux deux s’est blotti,

Symbiose magistrale et l’éclat de ces tons,

Ne résisterait pas à un peintre averti.

 

Mon regard de poète a tissé cette toile,

Amoureuse passion ne résiste à l’appel,

D’instantanées beautés que nature dévoile,

Je lui offre mes mots, parure de dentelle.

 

-&-&-&-

                                             Cathy, le 17 Mai 2015 © 

 

 

 

 

 

 

FORÊT DE CHAMBARAN (*)

 

Mécaniques engins, de sentiments n’ont guère,

Comment leur en vouloir, c’est l’Homme qui dirige,

Son cœur cesse de battre, il calcule, il érige,

Quitte à mener ainsi, lutte d’un bras de fer.

 

La nature, pourtant, ne lui appartient pas,

Hectares de forêts pour y placer béton,

En partie sacrifiés, dégageant l’horizon,

Evoquant les emplois, il ne renonce pas !

 

Fallacieux prétextes, les arbres sont au sol,

Violant les avis et les textes de loi,

Dans de faux arguments, bien souvent il se noie,

Un centre de loisirs est là tel un bémol.

 

Que va donc devenir ce site de l’Isère ?

Tout à coup dénommé « une Zone A Défendre »,

Pour l’heure, les engins, on ne peut plus entendre,

Mais paisible forêt et l’Homme sont en guerre.

 

-&-&-&-

                                                            Cathy, le 30 Janvier 2015 ©

(Photo AFP « Le Monde » – auteur Philippe DESMAZES)

 

(*) C’est précisément dans le bois des Avenières à ROYBON, qu’un projet de centre de loisirs sème le trouble depuis quatre ans. J’ai appris cela jeudi soir en regardant l’émission « Envoyé Spécial ». Ce poème est l’expression de mon propre ressenti, d’aucuns penseront peut-être autrement…

 

 

 

 

 

 

 

LES EFFETS DE LA LUNE

 

En regardant le ciel, à la tombée du jour,

Plumes sont à l’affût de cette grande quête,

Celle de mettre en vers, leurs idées et le cours,

De l’inspiration que tiennent les poètes.

 

Lune s’impose alors, s’affirmant comme muse,

Détournant leur regard, exposant sa lueur,

Elle détient vraiment, tous secrets et la ruse,

Quel que soit son aspect, lignes se font douceur.

 

Serais-je donc la seule à ne pas l’aimer «pleine»,

Effets qu’elle produit, sur mon âme et mon corps,

Sont très loin de me plaire et je ne suis sereine,

Que face à son visage, en demi-teinte encore.

 

Elle a quand même osé, venir narguer mes rimes,

Malgré ces jours derniers, où elle m’a fait mal,

Lune, décidément, a besoin que la prime,

Même plume écorchée, sans pourtant qu’elle cale.

 

-&-&-&-

                                                                Cathy, le 24 Octobre 2014 ©

 

 

 

 

 

 

 

 

LA VÉRITÉ SUR LES ARACHNIDES

 

Acrobates de l’ombre, oeuvrant dans le silence,

Elles sont bel et bien artistes, de surcroît,

Exposant sous nos yeux, toiles tissées de soie,

Marques d’un long travail, des heures de patience.

 

Les voici revenues, en ce mois de septembre,

Elles entrent chez nous, sans jamais prévenir,

Habitudes prenant et selon leur désir,

Nous imposent alors, de leur offrir des chambres.

 

Ce que l’on nous disait, mon esprit en retient,

Comme beaucoup d’ailleurs, connaissant ce « refrain »,

Araignées du matin, de chagrin sont présage.

 

Du midi il se peut, qu’elles soient de souci,

De l’espoir pour le soir, mais c’est bien fausse image,

Sur elles, vérité, je rétablis ici (*).

 

-&-&-&-

                                                      Cathy, le 13 Septembre 2014 ©

(*) Voici ce que signifie exactement le moment durant lequel une araignée tisse sa toile :

Tristesse le matin, parce que si l’on voit travailler une araignée, cela sous-entend qu’aucune rosée ne la gêne ; et qui dit absence de rosée, dit pluie à venir. Préoccupation à midi, parce que si l’araignée tisse sa toile au milieu de la journée, cela implique que la pluie se prépare et qu’il faut donc se dépêcher ; et espoir le soir parce qu’une araignée qui se balade tranquillement au crépuscule est détendue et donc que le beau temps devrait persister.

(Illustration et source Wikipédia)

 

 

 

 

 

 

 

LE CADEAU DE SEPTEMBRE

(Sonnet)

 

Sur la pointe des pieds, travaillant cette nuit,

Septembre est arrivé, apportant en « cadeau »,

Un voile recouvrant, tel un épais rideau,

Les arbres, les maisons, dans la rue aucun bruit.

 

Comme s’il arrêtait, le temps et la nature,

Une brume occultant la vue vers l’extérieur,

Ce mois se croirait-il, à ce point supérieur,

Cachant soudainement, la si belle verdure.

 

Mais qui donc a soufflé, sur cet épais nuage ?

Dont je pensais à tort, qu’il fut sombre présage,

Dieu soleil s’est levé, je compris les prémices,

 

D’une belle journée, éclairée, rayonnante,

Septembre est un farceur, se jouant de malice,

Mais ranime ma plume, devenue méfiante.

 

-&-&-&-

                                                           Cathy, le 1er Septembre 2014 ©

 

 

 

 

 

 

 

 

TRESORS INSOUPÇONNES

 

Sur les bords de la Lys, s’affichent feuilles mortes,

Aux arbres, suspendues, côtoyant fleurs sauvages,

Surprise ce matin, sur chemin de halage,

Voici qu’autre saison, déjà frappe à la porte.

 

L’automne et ses couleurs, dont j’aime tant le charme,

Mais en prématuré, il est moins agréable,

Fraîcheur a eu raison, de ce soleil instable,

L’été a trop versé, sur nature ses larmes.

 

J’ai donc posé les yeux, sur les vives couleurs,

Qui ornent le tapis, offrant de sa douceur,

Sur pelouse fleurie, s’affichent des trésors,

 

Précieux, recherchés, plantes médicinales,

Pour certains élixirs, « pansements » pour le corps,

Que l’on foule du pied, d’un geste machinal.

 

-&-&-&-

                                                           Cathy, le 13 Août 2014 ©

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 UN FABULEUX DESTIN

 

Délaissée, isolée, négligée, solitaire,

Elle s’est laissé choir, dans un dernier soupir,

Quel était son destin, si ce n’est devenir,

Une feuille foulée, véritable calvaire.

 

Mais le vent l’a portée, sans qu’elle touche terre,

Et la voici qui vient, vert feuillage garnir,

Rehaussant sa couleur, tel un joli sourire,

Sur visage perçu, le rendant moins austère.

 

Petite feuille jaune, aux indéniables charmes,

Place tu as trouvée, tu peux sécher tes larmes,

Devenue ce bijou, sur écrin de verdure,

 

Sur ta beauté innée, regards se poseront,

Ne leur échappera, ta légère cambrure,

Poètes face à toi, révérence feront.

 

-&-&-&-

                                                                 Cathy, le 13 Juin 2014 ©

Pour le défi de Juin de la Communauté « Les Passeurs de mots » – inspiration sur la base d’une photo d’EvaJoe

 

 

HONNEUR AU COLZA

  

Ils passent sous mes yeux, à très grande vitesse,

Eclatent au soleil et charment les pelouses,

Tranchent avec le vert, sans qu’elles soient jalouses,

Jaunes champs de colza, jouent de délicatesse.

 

J’ai quitté la région, où résonnait l’accent,

Doux comme une chanson, fredonnée chaque jour,

La mer est loin déjà, me voici de retour,

Bruxelles je rejoins, sans tristesse pourtant.

 

J’admire les couleurs, des terres agricoles,

Même si mon esprit, bien souvent caracole,

Appelé par ma plume, à partager les mots,

 

Que lui dicte la vue, de la région du Nord,

L’endroit où j’ai grandi, s’est paré d’un halo,

Rehaussant le colza, qu’en ce jour il honore.

 

-&-&-&-

                                                     Cathy, le 7 Avril 2014 ©

          Poème écrit dans le TGV reliant AGDE à BRUXELLES

          (Illustration extraite de Wikipédia – libre de droits)

 

 

 

 

 

 

Présentation

  •  : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • Description : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.

Profil

  • Name : Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • À Propos : L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

 

Respect du droit d’auteur

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

« L’art de vivre » – Elisabeth Rosales

 

A celles et ceux qui souhaitent changer leur regard sur la vie, vaincre leurs "démons" et obtenir la clé pour accéder à la sérénité, je donne rendez-vous sur le site d'Elisabeth ROSALES http://ladv.biz/le-temps

 

Ses articles et le "retour" que vous en obtiendrez ne pourront que vous enrichir en tous domaines.

 

J'ai lu l'un de ses e-books intitulé "Croyances et alimentation". Si vous croyez maîtriser ce sujet vous sortirez surpris de votre lecture !

 

N'hésitez-pas à vous plonger au cœur de ses publications en la contactant directement, via son formulaire.

 

N'attendez pas plus longtemps et cliquez ici : http://ladv.biz/le-temps

 

Bien amicalement,

 

Cathy.

 

Visitez mon île

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre

Communauté

communaute les passeurs de mots

Plaisirs partagés

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

 

Etre prévenu (E) nouvel article

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Archives

Mes albums

Votez pour mon blog